LA FOI

Dictionnaire de L'académie française (8 ème édition)

> DOCTRINE
n. f.
Ce que l'on croit ou qu'on enseigne, les maximes, les opinions qu'on professe ou qu'on adopte sur quelque matière, surtout en matière de religion et de philosophie.

Ce que l'on croit ou qu'on enseigne, les maximes, les opinions qu'on professe ou qu'on adopte sur quelque matière, surtout en matière de religion et de philosophie. Doctrine orthodoxe, fausse, dangereuse. Il enseigne, il professe une bonne, une saine doctrine. Doctrine théologique. Doctrine philosophique. Doctrine politique, littéraire, médicale. Cela est conforme à la doctrine de l'Évangile. La doctrine de saint Thomas. La doctrine du concile de Trente. La doctrine de Luther. Un point de doctrine. Un corps de doctrine. La doctrine de l'immortalité de l'âme. Dans ce dernier sens, on dit aussi DOGME.

le chrétien aujourd'hui nous parle de doctrine chrétienne, mais au fait c'est quoi une doctrine ?

La doctrine est un ensemble d'opinion que l'on professe, la doctrine de la foi chrétienne est basée essentiellement sur l'ensemble du nouveau testament et plus particulierement sur l'enseignement que nous à donné Jésus-Christ qui sont donné sous forme de quatres évangiles dit " canoniques " et ensuite les épîtres de l'apôtre Paul dites "épitre aux eglises et épitre pastorale "

La veritable doctrine évangélique issue de l'enseignement des apôtres nous enseignent le chemin du salut en Jesus le Messie,mais aussi la FOI,

Tous les bienfaits qui découlent de l'œuvre expiatoire de Christ nous sont disponibles par le moyen de la foi. Le pardon, la purification, la régénération, le don du Saint-Esprit, les exaucements de nos prières, tout cela est donné par la foi et reçu par la foi. Il n'y a pas d'autre moyen. Il s'agit d'une doctrine évangélique fondamentale, reconnue et acceptée partout où la croix de Christ est comprise.

Peut-être saurons-nous mieux ce qu'est la foi, si nous comprenons d'abord ce qu'elle n'est pas. Ce n'est pas le fait de croire qu'une chose soit vraie. L'intelligence humaine est ainsi construite qu'elle finit par croire, quand les preuves qui lui sont présentées sont assez convaincantes. C'est dans sa nature même. Quand les preuves sont insuffisantes pour convaincre, aucune foi n'est possible. Aucune menace, aucune punition, ne peuvent forcer quelqu'un à croire contre toute évidence.

Certes, une foi fondée sur les arguments de la raison est aussi une forme de foi. Mais il ne s'agit pas de la foi biblique, car elle dépend de la qualité des preuves présentées, et n'a aucun caractère moral ou spirituel. De même, on ne peut reprocher à quiconque de ne pas avoir une foi fondée sur la raison, car ce sont alors les éléments de preuve, et non l'individu, qui en décident. Il serait profondément injuste d'envoyer en enfer quelqu'un dont le seul crime aurait été de pousser l'évidence jusqu'à sa conclusion logique. Justifier un pécheur parce qu'il aurait pris une décision intellectuelle en fonction de preuves solidement établies reviendrait à accorder le salut en fonction des lois habituelles de l'intelligence, que l'on appliquerait de la même manière à Judas ou à Paul. Le salut ne résulterait plus d'un acte de volonté, mais serait le fruit d'un raisonnement mental. Selon les Ecritures, ce n'est certainement pas la caractéristique de la foi biblique.

La foi véritable repose sur le caractère de Dieu. Elle n'a pas besoin d'une autre preuve que celle des perfections morales de Celui qui ne peut mentir. Il suffit à la vraie foi de savoir que Dieu l'a dit. Si une déclaration divine contredit toutes les évidences de nos cinq sens et toutes les conclusions de la logique, celui qui possède la vraie foi continue pourtant à croire. "Que Dieu, au contraire, soit reconnu pour vrai, et tout homme pour menteur" (Romains 3 : 4). C'est le langage de la vraie foi. Le Ciel approuve une telle foi, parce qu'elle s'élève au-dessus des simples preuves, et repose dans le sein de Dieu.

Au cours de ces dernières années, chez certains Chrétiens évangéliques, on a vu grandir un mouvement qui s'est efforcé de prouver les vérités de l'Ecriture en faisant appel à la Science. On recherche des preuves dans le monde naturel pour étayer la révélation surnaturelle. On a ainsi étudié les flocons de neige, le sang, d'étranges créatures marines, des oiseaux et beaucoup d'autres objets naturels, pour prouver que la Bible était vraie. Cela prétendait soutenir puissamment la foi. L'idée était que si l'on pouvait prouver la véracité d'une doctrine biblique, cela stimulerait et développerait la foi.

Mais ce que ces frères n'ont pas compris, c'est le fait même qu'ils aient éprouvé le besoin de rechercher de preuves pour faire accepter les vérités de la Bible ! Cela ne fait que prouver leur propre incrédulité fondamentale ! Quand Dieu parle, l'incrédulité dit : "Comment allons-nous savoir que c'est vrai ?" Le seul fondement de la vraie foi est le suivant : "JE SUIS CELUI QUI SUIS !" Creuser dans les roches ou sonder le fond des mers pour y trouver des preuves de la véracité de la Bible est une insulte à l'encontre de Celui qui l'a écrite. Certes, je ne crois pas que cela ait été fait intentionnellement. Mais je ne vois pas comment échapper à cette conclusion.

La foi biblique est simplement la confiance en Dieu et en Son Fils Jésus-Christ. C'est la réponse de l'âme au caractère de Dieu, tel qu'il nous est révélé par les Ecritures. Et même cette réponse est impossible, sans un travail préalable du Saint-Esprit. La foi est le don de Dieu à une âme repentante. Elle n'a rien à voir avec les sens ni les données sensibles. La foi est un miracle. C'est une capacité que Dieu nous donne, et qui nous permet de faire confiance à Son Fils. Tout ce qui n'aboutit pas à une action, en accord avec la volonté de Dieu, n'est pas de la foi, mais quelque chose d'autre.

La foi et la morale sont les deux faces de la même pièce. En réalité, l'essence même de la foi est la morale. Toute foi professée en Christ comme Sauveur personnel, mais qui ne nous conduit pas à obéir complètement à la volonté de Christ, et à faire de Lui notre Seigneur, est une fausse foi qui finira par trahir sa victime.

Celui qui croit doit obéir. Le fait de ne pas obéir est une preuve convaincante du fait que la foi véritable n'est pas présente. Pour tenter l'impossible, Dieu doit nous donner la foi. Sinon, la foi est absente. Et Dieu ne donne la foi qu'à un cœur obéissant. Car la repentance ne consiste pas seulement à nous attrister de nos échecs et de nos péchés passés. C'est aussi une détermination à commencer maintenant à faire la volonté de Dieu, telle qu'Il nous la révèle.

D'aprés un texte de Aiden Wilson Tozer

Ph.Dupagne webmaster

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site