les charismatiques a la lumiere de la Bible

Méfiez-vous des faux prophètes

Lorsque Pierre décrit les faux enseignants qui répandent la discorde dans les assemblées de l'Église du Seigneur, il dit en sommes aux chrétiens: «Vous risquez d'être dupés». Les doctrines trompeuses varient de génération en génération; la tromperie, elle, est une donnée constante. Il nous serait certes intéressant de connaître les doctrines de ces enseignants, mais leur fruit et leur manière de vivre, questions plus centrales déjà, constituent pour nous une instruction plus apte à nous équiper pour affronter les hérésies.

Les confrontations sont, par définition, désagréables, et la plupart d'entre nous les évitent le plus souvent possible. Mais parfois, éviter la confrontation, c'est se montrer lâche. Quelquefois, des choses horribles ont lieu au nez d'hommes et de femmes qui devraient agir mais qui préfèrent rester tranquilles, laissant aux arrogants et aux égoïstes le soin de prendre les choses en main. L'Écriture dit:

«Une fontaine troublée et une source corrompue, Tel est le juste qui chancelle devant le méchant.» (Proverbes 25:26)

Pour honorer Dieu et maintenir ses doctrines, il faut que les élus aient le courage de parler. Les faux enseignants ont déjà dupé certains des lecteurs de Pierre; mais d'autres sont restés tout simplement passifs. C'est ceux-là qu'il veut rallier à sa cause, qui est de défendre la vérité.

Malgré les mises en garde des deux testaments, pour beaucoup l'Église doit ressembler plus à un lit douillet qu'à un champ de bataille. Plusieurs faux prophètes firent leur apparition dans le texte de l'Ancien Testament (Jérémie 2:1). Jérémie s'opposa à beaucoup d'entre eux, qui assuraient le peuple de Jérusalem que tout irait bien, que Dieu ne permettrait jamais que son temple soit détruit, et qu'un Fils de David régnerait toujours sur son peuple. Non seulement Jérémie devait-il supporter le poids de son message peu populaire, mais aussi le ridicule de ceux qui revendiquaient, eux aussi, un message venant de Dieu.

Pierre assure que, comme dans les anciens temps, il y aura des faux prophètes dans l'Église (2 Pierre 2:1). Paul donne un avertissement semblable aux anciens de l'Église d'Éphèse: «Je sais que parmi vous, après mon départ, s'introduiront des loups redoutables qui n'épargneront pas le troupeau et que du milieu de vous se lèveront des hommes qui prononceront des paroles perverses, pour entraîner les disciples après eux» (Actes 20:29-30). Malgré ces avertissements, les chrétiens sont souvent complètement pris de court lorsque les faux enseignants troublent la paix de l'Église. Face à la controverse, parfois les chrétiens se découragent trop facilement et sombrent dans l'indolence.

Certes, il est possible de développer un intérêt morbide pour les controverses destructives et de détourner ainsi notre attention et nos énergies des choses bien plus importantes. Néanmoins, Pierre semble nous dire que le chrétien doit connaître assez les doctrines de Christ pour pouvoir affronter l'erreur religieuse. Les faux enseignants introduiront insidieusement des hérésies nuisibles. Ces hérétiques, et ceux qu'ils trompent, attireront la honte sur la voie de la vérité. Il est important de remarquer ici que le mot «hérésie» signifie littéralement «capacité de choisir ou libre choix», identifiant l'Arminianisme comme étant la source du poison qui infiltrent le christianisme moderne.

Le mouvement Pentecôtiste/Charismatique plonge ses racines dans le courant des «réveils» qui se sont succédé depuis le puissant «cri de minuit» du début du 19e siècle. Au travail indéniable de l'Esprit de Dieu au sein du Calvinisme pour convertir les âmes et rassembler les élus autour de Christ, sont venues se juxtaposer au sein de l'Arminianisme des manifestations extérieures plus ou moins spectaculaires, prophéties, extases, mais surtout des guérisons et le «parler en langues», manifestations accueillies avec enthousiasme par les uns, regardées avec scepticisme et suspicion par d'autres. Ces manifestations qui témoignent d'un mysticisme maladif, voir même diabolique, se sont multipliées au 20e siècle, et un enseignement dénaturé d'ossature biblique s'est développé, avançant que l'on se trouve devant une nouvelle effusion de l'Esprit saint, une nouvelle Pentecôte. Mais l'évidence est tout autre, nous nous retrouvons plutôt devant une effusion de l'esprit de Satan et les réprouvés qui en ont été aveuglés glissent sur la pente de ses influences et descendent la côte qui les mène dans le lac de feu. Cette apostasie de la fin des temps fit que des assemblées pentecôtistes naquirent en Amérique du Nord au début de ce siècle, se donnant le nom d'assemblées de Dieu, montrant d'une manière indéniable que Satan est le singe de Dieu; elles se propagèrent en Amérique latine, en Grande-Bretagne à la suite du réveil du pays de Galles, puis sur le continent européen, et, sous des appellations et des formes diverses, dans le monde entier. On a vu dans les vingt dernières années le mouvement dépasser le cadre de ces assemblées et prendre une extension telle qu'il pénètre peu à peu toutes les catégories religieuses se réclamant du christianisme, systèmes, dénominations, églises fermées, églises de multitude. Partout on met en avant des phénomènes surnaturels affirmés comme des opérations de l'Esprit de Dieu, mais qui sont plutôt des manifestations d'un esprit diabolique de fraude spirituelle. Il est hors de tout doute que ces mouvements sont le domaine où nous voyons des phénomènes occultes à profusion. Il devient ainsi évident que le dieu du Pentecôtisme et du Charismatisme est nul autre que Satan (2 Thessaloniciens 2:9).

Tout un ensemble confus de sectes d'origine récente gravite en effet autour des mouvements Pentecôtistes et Charismatiques, encore qu'il soit injustifié de confondre ceux-ci avec eux puisqu'ils se disent indépendant ou non-dénominationnels quoique demeurant dans la même vague. Tous sans exception prétendent s'appuyer sur la Bible, mais elle est tordue de mille manières, mutilée ou mêlée des produits de l'imagination humaine; les manifestations spirituelles passent à des formes mélangées d'un mysticisme occulte, d'un spiritisme débridé, et de là à des pratiques consternantes rivalisant d'aberration; quant aux déviations doctrinales, elles s'écartent de l'évangélisme initial jusqu'à rejoindre les fables des religions non chrétiennes.

Le parler en langues de vipères

Le don des langues n'est pas nécessairement toujours en relation avec le fait d'être rempli du Saint Esprit. Si donc tout dans les Écritures indique que le don des langues authentique était en relation avec l'enfance de l'Église et fut d'un caractère intérimaire, il est indispensable d'être très prudent et d'examiner soigneusement toutes ses manifestations modernes à la lumière de la Parole de Dieu. Cela d'autant plus que l'Écriture nous dit expressément que le diable et ses anges se transforment en anges de lumière, et aussi que des signes et miracles et esprits de mensonges peuvent venir du diable (2 Thessaloniciens 2:9; 2 Chroniques 18:21; Actes 16:16, etc.).

Avant de procéder, il est très important de remarquer que le don des langues authentique fut «un signe, non pour les croyants, mais pour les incrédules» (1 Corinthiens 14:22), et que ces incrédules furent le peuple d'Israël (1 Corinthiens 1:22; 14:21). En d'autres mots, le don des langues ne fut pas le signe que les croyants avaient reçu le Baptême du Saint Esprit, contrairement à la notion populaire que ce don en est l'évidence. Ceci indique clairement que ce don ne put être pratiqué sans la présence d'un incrédule (un incroyant) Juif qui refusait de croire que Dieu accorda la grâce du salut aux Gentils (Actes 11:17-18). C'est pourquoi ce don servit de «signe» à ce peuple incrédule qui ne voulait point que Dieu accorde sa grâce à l'extérieure du peuple d'Israël. Où sont les Juifs incrédules dans les mouvements Pentecôtistes et Charismatiques? Remarquons aussi que ceci enlève toutes prétentions à ceux qui disent pouvoir pratiquer le parler en langues en privé, car non seulement il se trouve aucun Juif incrédule dans leur chambre privé, mais la Parole de Dieu affirme clairement que tous les dons furent donnés «pour l'utilité commune» du corps de Christ et que tous ne parlaient pas en langues (1 Corinthiens 12:7,12-13,30; 14:12), contrairement à ce que disent les Pentecôtistes et les Charismatiques. Dire que le don des langues fut «un don d'édification personnelle» est contraire à l'enseignement que Paul donne dans le même contexte sur l'amour de Dieu (1 Corinthiens 13:5). Le fait que Paul mentionne que «celui qui parle une langue inconnue, s'édifie lui-même» (1 Corinthiens 14:4) est une reproche qu'il fait sur l'abus de ce don parmi les Corinthiens, et non une règle de pratique qui contredirait son enseignement dans le chapitre précédent  Ceci dit, nous voyons que le don des langues modernes ne correspond aucunement aux critères qui furent établit pour le don authentique. Il devient ainsi évident que le don des langues modernes est une contrefaçon de l'original, un faux, une fraude spirituelle.

Plusieurs, voulant établir une lignée historique de la pratique de ces dons surnaturels dans l'histoire de la vrai Église de Christ, ne peuvent y parvenir. La raison principale est simplement qu'elle ne s'y trouve point. Mais si cette pratique ne trouve place dans le sein du christianisme authentique depuis la fin du premier siècle, l'histoire profane ne manque point d'en être imprégnée. En elle nous trouvons la lignée historique réelle de ces manifestations extatiques pratiquées par les Pentecôtistes et les Charismatiques. Le fait de parler en langues inconnues, se trouve également dans le monde païen du mysticisme. L'écrivain païen Platon, qui vivait environ 400 ans avant Christ, écrivait déjà que certaines personnes ne parlaient pas leur propre langue, mais celle des démons qui habitaient en elles. Virgile en parle aussi.

Une citation d'un auteur ancien, Lucien de Samosate (120-198), décrit un cas caractéristique de glossolalie (parler en langues) chez les adeptes de Junon de Hiérapolis, la déesse syrienne. Des cas identiques étaient constatés dans la divination mantique de la Phrygie delphique, ainsi que chez les Sybilles. Dans certains milieux de l'Islam moderne, ou dans certaines de ses sectes, on a également constaté le phénomène du parler extatique. C'est notamment le cas chez des «derviches» de la Perse (l'actuel Iran), dont les trémoussements et l'écume sortant de leur bouche sont d'ordinaire accompagnés par la répétition irrationnelle du nom d'Allah dans un discours totalement inintelligible. Ces mystiques de l'Islam se trouvent pratiquement en état d'inconscience pendant leur extase, ce qui ne les empêche pas de se mettre à prêcher.

Des anabaptistes au temps de la Réformation, qui vivaient dans une grande immoralité et dans le mal, parlaient en langues. Plusieurs d'entre eux infiltrèrent les Camisards. Plus charismatiques, hélas au sens péjoratif du terme, furent certainement les Camisards de cévenols, d'entre ceux uniquement de leurs prophètes qui subirent l'influence occulte des Anabaptistes. Leurs expériences extatiques ne furent pas rares. Illumination, parler en langues et discours prophétiques accompagnés de transes étalèrent au grand jour un mysticisme irrationnel parmi leurs prophètes. Vers le même temps, Irving qui enseignait que le Seigneur Jésus avait une nature pécheresse, parlait en langues. De nos jours, les Mormons professent parler en langues. Les Catholiques Charismatiques reçoivent le baptême du Saint-Esprit et parlent en langues sans être converti et demeurent dans leurs idolâtries. Les adeptes du Vaudouisme parlent en langues sans connaître rien de la grâce de Dieu. Des cercles de sorcières parlent en langues pour glorifier Cernunos, le dieu à cornes, qui du temps des Druides demandait des sacrifices humains. Des disciples de Satan parlent en langues et infiltrent les groupes à tendances extatiques dans le but de blasphémer contre Saint-Esprit, etc. Le méthodisme, dont l'hérétique John Wesley fut le fondateur, lui-aussi, à ses origines fut imprégné de manifestions occultes: abattements et fougues dans l'esprit, agonies, tremblements, convulsions, cris et hurlements d'animaux, rires effrénés, etc. Wesley était entré en contact avec des Moraves et un groupe issu des Camisards qui se nommait «les Prophètes Français» (French Prophets) et fut grandement influencé par les manifestations occultes et diaboliques de ces gens. Ce furent les conducteurs spirituels issus du méthodisme et de ses mouvements de sainteté dont l'emphase fut sur «une deuxième bénédiction» qui, devenus pentecôtistes, se mirent à répandre le poison de ces nouvelles hérésies avec un zèle inaccoutumé, s'attirant la sympathie accrue des représentants des Églises traditionnelles, voire de théologiens apostasiés considérés comme orthodoxes.

D'ailleurs, nous constatons que Satan ne se transforme pas seulement en ange de lumière, mais que souvent aussi il mêle son œuvre à de bonnes choses. Mais le bien que l'on trouve parfois au sein d'un mouvement ne rend pas pour autant celui-ci bon, ni ne fait-t-il qu'il est véritablement chrétien. Si de vrais croyants s'y trouvent, tout ne peut pas être mauvais. Néanmoins la question n'est pas non plus de savoir si tout est mauvais, mais si tout est en accord avec l'Écriture. C'est alors qu'il apparaît par exemple (ce qui n'est pas enseigné publiquement par ceux qui parlent en langues, mais qui est cependant une manifestation pratique caractéristique) que partout où le fait de parler en langues a une place prédominante, ce sont principalement des femmes qui sont à la tête, et que, par conséquent, 1 Timothée 2:11-15 est entièrement mis de côté. Et c'est là une manifestation notoire dans tous les groupes clairement condamnables et anti-chrétiens. Pensons seulement à la Science chrétienne (Mme Eddy); aux théosophes (Mme Blavatsky et plus tard Annie Besant), aux adventistes du septième jour (Mme White), etc. Il est connu que chez les spirites, pour chaque médium masculin, il y a au moins une douzaine de médiums féminins. Nous savons en effet que c'est une femme qui fut la première à recevoir le supposé baptême de l'Esprit et qui se mit à parler en langues à l'origine de la fondation du mouvement Pentecôtiste. «Le 1er janvier 1901, une étudiante de 18 ans, Agnès Ozman, élevé dans la foi méthodiste, demanda à Ch. Parham de lui imposer les mains pour recevoir le Saint-Esprit. À peine Parham a-t-il imposé ses mains sur la jeune fille, qu'elle est remplie de la puissance de Dieu et se met à parler en langues.»

Or, il est notoire que dans les mouvements dits pentecôtistes et dans d'autres groupes dans lesquels le don des langues est pratiqué, les femmes ont en général le rôle principal dans les réunions. L'esprit de rébellion fut toujours un caractéristique prédominant chez la femme, particulièrement chez celles qui sont insoumises ou qui sont non-chrétiennes; c'est pour cela qu'elle est plus susceptible aux puissances psychiques, voir à la sorcellerie même. Est-ce que ce ne sont pas là des indices évidents permettant de reconnaître les esprits qui sont à l'œuvre? N'est-ce pas un refus et un rejet manifestes de la Parole de Dieu?

Il s'ensuit chez ces mouvements un désir malsain d'expériences toujours nouvelles, concrètes, et d'émotions fortes. Par manque de discernement spirituel, on attribue à Dieu et à son Esprit ce qui au fond n'est que le fruit de l'imagination ou qui n'a qu'une origine psychique, voire satanique (spiritisme, occultisme). En fait, la Bible nous indique que le parler en langues de ces mouvements peut être comparé à un parler en langue de vipère, un «grommellement» occulte qui provient d'un esprit de Python: «Que s'ils vous disent: Enquérez-vous des esprits de Python, et des diseurs de bonne aventure, qui gazouillent et grommellent; répondez: Le peuple ne s'enquerra-t-il pas point de son Dieu?» (Ésaïe 8:19; Bible David Martin). Peut-être faudrait-il appliquer le dire «langues fourchues» des Autochtones aux Pentecôtistes et aux Charismatiques, car il leur convient à merveille.

Sans parler des nombreuses supercheries, il y a, comme nous le savons, des explications toutes naturelles de phénomènes étranges présentés comme charismes: résultats d'états nerveux, d'excitations, de suggestions, d'exaltations psychiques relevant de ce domaine du subconscient dont s'occupe la psychothérapie. Mais il n'est que trop vrai que des actions diaboliques sont à l'origine de bien de ces faits en question.

Outre le fait que dans plusieurs cas le parler en langues soit l'expression d'émotions humaines débridées et que le Pentecôtisme et le Charismatisme sont coupables de «psittacisme» (répétition de mots ou de phrases, à la manière des perroquets), il en advient que la majorité du temps le parler en langues est le résultat d'un baptême des démons et un cas de possession. La glossolalie dans ces milieux pseudo-chrétiens doit être attribuée à l'esprit du mal étant d'inspiration et de contenu diabolique. Le mouvement Pentecôtiste-Charismatique apparaît à l'heure actuelle comme l'un des plus grands facteurs d'un œcuménisme confus dont tous les chemins mènent à Rome. Il est certainement composé d'un amalgame de romantisme religieux et de protestantisme subjectiviste et anthropocentrique. Fondé sur les idées de l'hérésie arminiennes, il se présente comme l'adversaire même des thèses bibliques et réformées. Il n'est donc pas surprenant que dans ce milieu se lève une farouche opposition à la doctrine de la Prédestination telle que présentée dans les Six Points du Calvinisme. Mouvement exclusivement empirique, où l'instabilité mentale et la possession diabolique font rage, nous voyons que son expérience mystique et occulte lui fournit un terrain propice à échafauder ses erreurs fatales.

Voici comment le Centre de Consultation sur les Nouvelles Religions du Québec décrit le Pentecôtisme:

«Un des mouvements de Réveil entrés en dissidence au début du siècle contre les Églises Réformées aux États-Unis et en Angleterre. Fondés sur une interprétation littérale de la Bible, une croyance au retour proche du Christ, l'importance du "baptême du Saint-Esprit" pour partager ses "charismes" (dons exceptionnels)... Éléments syncrétistes de psycho-techniques, de méditation, de channeling, d'ésotérisme. Séminaires et enseignements. Typique de certains groupes syncrétistes en ambiance Nouvel-Âge... Le mouvement est reconnu par le Conseil Œcuménique des Églises en 1948. Il inspire à partir de 1960 le Renouveau charismatique dans le Catholicisme.»

Peut-on s'imaginer Jésus parlant en langues extatiques comme les Pentecôtistes et les Charismatiques, peut-on le voir tombé dans l'extase ou se rouler par terre dans des rires effrénés, le voit-on prophétiser dans des spasmes nerveux avec des gestes symboliques, est-il une place dans l'Écriture où il est dit que Jésus dansait dans l'Esprit poussant des cries de joies ou imitant des sons d'animaux, ses guérisons furent-elles que partielles ou superficielles, le voyons-nous prosterné aux pieds des idoles et vénérer les saints d'autrefois; sûrement pas, dire autrement serait un blasphème. Posez-vous aussi la question: Si Jésus était venu aujourd'hui plutôt que deux mille ans passés, à quelle église se joindrait-il? Répondre à cette question vous libérera du joug des dénominations officielles et dissidentes, et de leurs influences néfastes sur la foi chrétienne et biblique.

Beaucoup peuvent être sincères, mais la sincérité n'est pas la vérité; la sincérité seule n'est pas une protection contre les séductions variées. Seuls l'amour de la vérité et la soumission à la vérité nous protègent contre la confusion religieuse de notre époque. Si la vie d'un croyant est stérile, le diagnostic est le plus souvent très simple: il y a manque de connaissance et de discernement, ou bien la personne n'est pas chrétienne du tout et s'illusionne l'être, ce qui est le cas la majorité du temps.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site